Home Page Les Hautes-Fagnes Accès Contacts et liens utiles Documentation DE - NL
 

Dates clefs

 
Fin de
l'Antiquité

Construction du Pavé Charlemagne

Le « Pavé de Charlemagne » est la première trace laissée par l'homme sur le haut plateau. La raison de sa construction est méconnue, comme l'identité de ses promoteurs. Elle s'adapte parfaitement au terrain marécageux, présentant, par endroits, les traits d'une route sur pilotis.

1444
Premières traces de pâturage

Premier texte mentionnant le pâturage en Fagne. Les habitants du village de Robertville sont autorisés à y mener leur troupeau. L’extraction de la tourbe est attestée dans les textes dès le 16e siècle

1566
Déjà un trafic intense

Pose des premiers jalons routiers des Hautes- Fagnes : la colonne Panhaus et la colonne Hauptmann. Le haut plateau est alors traversé par d'innombrables voies de communication, simples chemins d'exploitation ou voies commerciales. Des auberges accueillent déjà les voyageurs.

1756
Conflits frontaliers

Un abornement tente de résoudre les disputes incessantes que se livraient les villages voisins pour le partage de l'exploitation des Hautes-Fagnes (extraction de tourbe, pâturage, …).

Bien qu'inhospitalières, les Fagnes étaient essentielles à la subsistance des populations avoisinantes.

Vers 1810
Fondation
de la Baraque-
Michel

Vers 1810, un habitant de Herbiester, hameau proche, installe une auberge le long de la voie très fréquentée qui traverse les Hautes-Fagnes dans l'axe nord-sud.

En 1838 , à quelques pas de la Baraque , est érigée la chapelle Fischbach . Elle devait être le lieu de culte d'un hameau d'agriculteurs, un projet avorté.

 

 

Vers une réserve naturelle

1911

Première association de défense des Hautes-
Fagnes

La première association de défense des Hautes-Fagnes voit le jour en 1911 . A ce moment, la région est menacée par les plantations intensives d'épicéas, l'exploitation industrielle de la tourbe, la construction de barrages sur les rivières et ... le tourisme naissant.

 
1924
Construction de la Station scientifique

En juin 1924, deux pavillons construits par l'Université de Liège près de l'auberge du Mont-Rigi constituent la première Station scientifique des Hautes-Fagnes.

C'est là, dans un confort plus que rudimentaire, que les premiers chercheurs entreprirent de constituer une somme de connaissances et de découvertes considérables, toujours enrichie aujourd'hui.

Le rôle de la station sera déterminant dans le long cheminement qui mènera à la création de la Réserve. Aujourd 'hui, ses études sur le milieu fagnard apportent des informations essentielles pour sa gestion. Elle participe en outre à la diffusion de ces connaissances dans le public, au travers de l'association Haute Ardenne, et par l'organisation de nombreux stages pour les plus de 15 ans.

1935
Création de l'association des Amis de la Fagne

En 1935, l 'association des Amis de la Fagne se constitue. Elle se fixe pour objectifs "la défense et l'illustration du haut plateau". Ses activités sont multiples et complémentaires : information et sensibilisation, notamment grâce à la revue « Hautes Fagnes », excursions  guidées, travaux de gestion sur le terrain, achat de parcelles de fagne en vue de les soustraire à une exploitation éventuelle, etc. Son rôle sera essentiel dans la création de la Réserve naturelle en 1957.

 


Création de la Réserve

 
1957
Création de la Réserve


La Réserve est le résultat des efforts conjugués de chercheurs, d'amoureux de la nature et de responsables des « Eaux et Forêts ». Elle a été constituée par étapes dès 1957 (1.400 hectares) pour atteindre aujourd'hui près de 4.500 hectares. Elle s'étend principalement sur des territoires propriétés de la Région Wallonne. Elle est complétée par des terrains loués par la Région ou gérés par des associations.

1971-1985
Création du Parc Naturel


La Réserve est par ailleurs devenue le noyau du Parc Naturel Hautes Fagnes - Eifel , créé entre 1971 et 1985 et couvrant 72.000 hectares . Bien que complémentaires, les statuts de la Réserve et du Parc sont bien distincts. La première est entièrement vouée à la protection de la nature, le second allie la sauvegarde de la nature et le développement économique.